Auvergne laïque, dernière édition / ASSOCIATIONS

Association Prémudanse

Les Trans’urbaines en point d’orgue

L’association Prémudanse a vu le jour en 1988 avec la danse classique comme forme d’expression privilégiée. A partir de 1998, le Hip-Hop a progressivement animé la route buissonnière, musicale  et serpentine des responsables et des animateurs.  Dans un style ou dans un autre - dans les autres devrions-nous dire pour être au plus près des créations contemporaines - Prémudanse met en exergue la devise « Accès à tous pour une pratique artistique et le spectacle vivant ».

Diversité des styles, diversité des lieux, diversité des âges ou pour reprendre le langage quasiment codé des Transurbaines : « une Kidz Party, un battle all style, du collage urbain, un cypher géant, du scratching et - plus proche du phrasé auvergnat - des performances surprises ».
L’association est gérée par un Conseil d’administration d’une vingtaine de membre. Elle reçoit l’aide financière de la Ville de Clermont-Ferrand, de la Métropole, de la DRAC, de la Région, du Conseil Départemental, du CGET (égalité des territoires) du ministère de la Culture.  Elle est hébergée dans des locaux mis à disposition par la Ville de Clermont.  Autour de la présidente, Josyane Bardot, une secrétaire permanente et deux jeunes demoiselles en service civique veillent au bon déroulement des projets. Carole Tilly à la production, Emilie Fort chargée de la médiation/billeterie, Vanessa Fernandez responsable de la communication et Eric Paulhan à la régie générale concentrent leurs efforts sur la pierre angulaire du projet de Prémudanse : Les Trans’urbaines.

La 22ème édition du festival des Trans’urbaines s’est déroulée « en ville » du 20 au 31 octobre. Maison de la Culture, Opéra-théâtre, Cour des Trois-Coquins, Espace Nelson Mandela, Coopérative de Mai, Maison du Peuple, Saint-Jacques, Place de Jaude, Gerzat, Lempdes, Blanzat, Cournon autant de sites qui ont servi de cadre à moult rencontres, ateliers, conférences et spectacles.  De quoi démontrer le dynamisme d’une pratique artistique - le Hip-Hop et ses dérivés - partagée par un nombre grandissant d’amateurs, acteurs ou spectateurs.
Compagnies associées, Hip-hop à l’école, l’été des Trans’urbaines lors de Sable-show, le Rézo et les passerelles permettent au festival de pousser ses racines sous les pieds de publics différents : la préparation de l’édition 2020 commence ainsi.
Dans l’édito de présentation de l’édition 2019, la présidente rappelle que « ce festival a été élaboré avec l’ambition d’insuffler du désir, de l’imaginaire, du partage, de la créativité, de la bonne humeur ».  Avec de tels principes partagés, Prémudanse et la FAL-63 ne pouvaient faire autrement que de se rencontrer.