Auvergne laïque, dernière édition / EDUCATION

Ogrefois

Ogrefois dans nos forêts
il y avait des enfants perdus
qu'à pleine bouche que veux-tu
l'ogre pouvait dévorer
 
Il y avait aussi des nains
qui vivaient avec une femme
et qui ne trouvaient pas infâme
que l'ogre mange leurs gamins
 
On mettait chaque dimanche
une bergère en poule au pot
après un bon lapereau
on s'en payait une tranche
 
Mais deux Ogresses sont venues
les deux guerres mondiales
l'ambiance était moins cordiale
et ne parlons pas des menus !
 
Aujourd'hui dans les forêts
quand ils promènent leurs enfants
il paraît que des parents
pensent à l'ogre avec regret.
 
Michel COLLONGE poète castelpontin