Auvergne laïque, dernière édition / ASSOCIATIONS

ADACL Saint-Germain-L’Herm : une réalité sociale et économique originale

L’Association de Développement, d’Animation, de la Culture et des Loisirs (ADACL) a été créée le 20 janvier 1996. Elle est issue d’un comité des fêtes très actif. Elle existe grâce à l’implication et au dynamisme des bénévoles. En quelques années, elle a grandi jusqu’à compter une dizaine de salariés, étendu son champ d’action, multiplié les partenaires et diversifié ses activités : manifestations (Festival artistique et culturel du Haut-Livradois (depuis 40 ans !), Fête des champignons, Fête patronale, Fête des plantes sauvages) accompagnement à la scolarité, garderie, pause méridienne, Pass’Découverte pour les adolescents et accueil de loisirs. 2009, 2013, 2016 marquent les moments forts de l ‘évolution de la structure souvent en lien avec l’évolution même des entités collectives (municipalités, communautés de communes) et des choix politiques qui découlent des prises de compétences.

dav

En mai 2016, le café en centre-bourg « Chez Colette » ferme. 15 jours suffiront à l’enthousiasme des bénévoles pour reprendre la licence IV et donner naissance au Colibri. Le café associatif a pour vocation de soutenir les actions de l’association et de maintenir et développer la vie en centre-bourg. Il sert aussi de lieu d’intégration des nouveaux habitants du territoire. L’impact économique et social du Colibri se confirme grâce à l’implication remarquable et sans faille des bénévoles qui « le font tourner ». Son nom marque cette volonté : il ne vient pas, on s’en serait douté, du nom d’un oiseau des forêts livradoises mais de la légende du minuscule volatil tropical qui, portant une goutte d’eau au-dessus de la forêt en feu « fait sa part du travail ». Le café associatif fait la part de lien social qui lui incombe et ce n’est pas là sa moindre utilité. Il garde aussi une activité dans une rue du bourg : sans lui, le commerce voisin perdrait probablement de son attractivité.

Ce diptyque social et économique donne aussi leur raison d’être aux autres actions menées par l’ADACL même si cet apport ne semble pas être perçu à sa juste valeur par un certain nombre d’acteurs de la vie locale. Conséquence de l’arrêt des contrats aidés et des changements de politique communale, l’ADACL a aujourd’hui un effectif réduit, voit ses subventions baisser (la subvention municipale est passée de 50 000 € à 5 000 € en 3 ans avec la perte de la pause méridienne des primaires et la garderie communale).

 Outre le Colibri devenu Espace de Vie Sociale, on notera :

*L’accompagnement scolaire (CLAS) dont l’efficacité est donnée en exemple par la Caisse des Allocations Familiales (CAF) du Puy-de-Dôme. Les ateliers pédagogiques (chorale, sport, théâtre, activités ados) touchent une cinquantaine de jeunes au titre du Point d’Appui de la Vie Associative (PAVA).

*Une saison culturelle faite de concerts, conférences, ateliers, expo permanente, ciné-débats.

*Des événements ponctuels qui drainent sur le territoire nombre de participants souvent venus de loin : en juillet-août, LE festival du Haut-Livradois soit une dizaine d’évènements et une cinquantaine d’intervenants sur 5 jours et en juin la fête des plantes sauvages et ses stages sur 2 journées.

Les différents agréments dont l’ADACL peut se targuer lui ont ouvert les portes de subventions diverses et variées : CAF, DDCS (poste Fonjep), Communauté de Communes, Conseil Départemental, Municipalité. Mais nombre d’entre elles sont en baisse (DALD, commune, la subvention régionale a disparu avec la naissance d’AURA).

Retrouver un équilibre financier pérenne et une reconnaissance qui est le « salaire » des bénévoles font partie des objectifs de l’association saint-germinoise.

L’ADACL reste très attachée à la FAL-63 auprès de laquelle elle trouve un indispensable appui assurantiel, un accueil bienveillant et efficace et un service sportif - l’UFOLEP - reconnu et apprécié.

La relation que l’ADACL cultive avec SON territoire la rend apte à percevoir ces « signaux faibles de la proximité » qui passent généralement loin des oreilles autorisées des décideurs cloîtrés dans leurs bureaux citadins. En cela, elle montre d’évidence que la sauvegarde de notre ruralité auvergnate passe aussi par ce remarquable type de structures associatives auxquelles la FAL-63 est fière d’apporter son soutien.

ADACL
Mairie
63630 Saint Germain l'Herm
Tél.: 04 73 72 06 60
adacl.pij@wanadoo.fr
adacl.fr

Composition du bureau 2019 de l'association :

  • Christian Beauvivre, président
  • Ivan Cottier, vice-président
  • Nathalie Claude, secrétaire
  • Chantal Bassalère, vice-secrétaire
  • Paul Pouyet, trésorier
  • Paul Chappel, vice trésorier