La rubrique DOSSIER
dans les derniers numéros


Auvergne laïque n° 488 - juin 2021

Les premiers progrès

Le siècle des lumières (fin XVIIIème siècle) et son influence Condorcet (1743-1794) est connu pour ses réflexion sur le droit et la peine de mort et sa passion pour l’éducation. Dans sa Théorie de l’égalité des sexes, il écrivait : « songez, messieurs qu’il s’agit des droits de la moitié du genre humain ». Sous l’influence des philosophes et de encyclopédistes, au XVIIIème siècle les salons féminins se multiplient en France (Mme de Pompadour, Mme du Tencin, Mme de Staël) ils permettent aux femmes « éclairées », c'est-à-dire instruites, de jouer un rôle culturel, social voire politique et sont d’ailleurs plus admirés à l’étranger qu’en France même.  [...] 
Auvergne laïque n° 488 - juin 2021

« Et les fruits passeront la promesse des fleurs »

L'émancipation des femmes gagne du terrain et beaucoup de jeunes femmes au début du XXème siècle entreront dans l’enseignement surtout primaire ; dans le secondaire le mouvement sera plus tardif. Les premières femmes agrégées sont respectivement en 1912 Jeanne Raison en grammaire et en 1913 Marguerite Rouvière en sciences physiques et sortent de Normale Supérieure de Sèvres.  [...] 
Auvergne laïque n° 488 - juin 2021

Conclusion : aujourd’hui… (et demain ?)

Elles seront nombreuses, ces femmes diplômées, à devoir se battre pour être reconnues, et acceptées dans le monde des hommes. C'est ainsi que Madeleine Pelletier (1874-1939), première femme diplômée en psychiatrie, se coupe les cheveux et s’habille en homme pour se « fondre dans un service ».

Reconnaissance

Toutefois l’une d’entre elles fait l’unanimité Marie Curie (1867-1934), physicienne, chimiste, naturalisée française par son mariage. Elle est la première femme à avoir reçu le prix Nobel en 1903 avec son mari et Becquerel, puis la seule femme à ce jour a en avoir 2, l’autre reçu en 1911. Après une brillante carrière universitaire, à partir de 1906 après la mort de son mari, elle est la première femme directrice d’un laboratoire où l’on recrute selon la compétence et non le sexe, la première femme professeur à la Sorbonne où son discours inaugural inquiète les journaux « la femme peut-elle dominer l’homme par sons savoir ? ». Pendant la première guerre mondiale, après avoir passé son permis de conduire, elle parcourt le front avec « ses 18 petites curies » unités radiographiques ! Elle a cet autre privilège de faire partie des rares conductrices.

  [...] 
Auvergne laïque n° 487 - mars 2021

La machine de Madame Du Couvray

Dans son film « le médecin des lumières », René Allio a montré les conditions désastreuses – d'hygiène en particulier – dans lesquelles, jusqu'au 18è siècle, se déroulaient les accouchements. Nos préjugés sont si fortement ancrés qu'on a du mal à concevoir qu'une seule femme ait réussi à assainir cette situation et ait contribué ainsi aux progrès de la natalité, ce que l'académie de médecine ne lui reconnaît pas. On lui doit en particulier la naissance miraculeuse de La Fayette. Cette femme, c'est Angélique du Coudray, sage-femme française née en 1712 à Clermont-Ferrand.  [...] 
Auvergne laïque n° 487 - mars 2021

Louise Michel, la pasionaria de la Commune

« Sans l'autorité d'un seul, il y aurait la lumière, il y aurait la vérité, il y aurait la justice. L'autorité d'un seul, c'est un crime. » Ainsi s'exprime Louise Michel, communarde intrépide, qui s'était portée volontaire pour aller, seule, assassiner l'odieux ministre Thiers. Mais au fond, c'est toujours le même scénario qui caractérise le destin des femmes combattantes, et qui orchestre leur action.  [...] 
Auvergne laïque n° 487 - mars 2021

Conclusion : les deux combats des femmes

« La condition des femmes est de l'ordre de l'urgence...
Le féminisme, c'est la guerre.
Un combat contre la souffrance contre la laideur humaine. »

Leila Slimani (écrivaine)

A parcourir l'histoire de ces femmes prestigieuses, on mesure que deux aspirations permanentes animent tous leurs combats : l'aspiration à l'égalité avec les hommes qui se traduira par la législation de la parité ; et l'aspiration à la liberté, en particulier la liberté de disposer de leur corps et d'être maîtresses de leur vie.
A cela s'ajoute, en temps de  [...] 

Auvergne laïque n° 485 - juillet 2020

Le cauchemar de l’hôpital du futur

Faut-il parler de crise d’hôpital public ou de casse ? Le projet de longue haleine, ne vise-t-il pas à livrer une institution emblématique au privé ?

                Cette entreprise que les Tartuffe voient comme une évolution et les pragmatiques comme une démolition pose la pierre angulaire d’un système qui voit la santé comme un marché prometteur et, au-delà, comme un atout industriel majeur de la France. Ainsi parlait Emmanuel Macron en 2016, venu clore l’élégant pince-fesse de Chamonix organisé sous  [...] 

Auvergne laïque n° 485 - juillet 2020

D’un ministre à l’autre, Moi, je….

La chaîne télé Public-Sénat a diffusé en intégralité l’audition par les Députés, de Xavier Bertrand, actuel président de la région Hauts-de-France. Il y a fait étalage de ses certitudes et de la haute idée qu’il a de son passage au ministère de la Santé. On est contents pour lui. Mais, chose non dite et peut-être après avoir lu les préceptes de François Cavanna, force est de constater qu’en quittant les lieux, il a caché dans des tiroirs quelques  [...] 

Auvergne laïque n° 485 - juillet 2020

Médecine libérale – Médecine épicerie

Soyez malades de 9 h à midi et de 14 à 18 heures sauf week-ends et jours fériés.

Les principes de la médecine libérale ont été définis en 1927. Depuis, sous la pression des syndicats médicaux  qui, jusqu’en 1990 faisaient la chasse au numérus-clausus, le nombre de médecins a décru au point que la France découvre au XXIème siècle, telle la poule ayant trouvé un couteau, les inconvénients des déserts médicaux. Les médecins libéraux ont beau jeu de couiner face  [...] 

Auvergne laïque n° 485 - juillet 2020

Ehpad : le crépuscule des Vieux

Le secteur médico-social au premier rang duquel on trouve les EHPAD a vu ses compétences partagées en l’Etat et les collectivités territoriales. Mais dans ce jeu de bonneteau, les Conseils départementaux sont bien incapables de faire face au défi de la montée de la pauvreté et de la précarité au vieillissement de la population et aux besoins dus à la dépendance.

Le sous-financement systématique imposé par l’Etat et la sous-médicalisation ont été scandaleusement mis en évidence lors de  [...]